Accueil du site ...

André Vallini face au Barreau

Publié par Pierre-Olivier Sur le Mardi 14 Février 2012

André Vallini face au Barreau
Jean Castelain a inauguré ses fonctions d'ancien bâtonnier en réunissant une soixantaine de confrères autour d'André Vallini. C'était une belle idée. Un moment attendu, puisque si nul ne sait qui gagnera la présidentielle, chacun subodore qu' André Vallini serait le Garde des Sceaux de François Hollande au cas où... André Vallini ? Arnaud Montebourg ? Jean-Pierre Mignard ?

Pourquoi pas Arnaud, ancien premier secrétaire de la conférence, et pourquoi pas Jean-Pierre qui plaide si bien? Mais André Vallini? Va t-il donc nous séduire, à ce dîner pas tout à fait comme les autres?

Aïe, il débute mal son toast !
-Pour nous, dit-il, l'affaire Outreau a été un vrai bonheur puisque la commission parlementaire que j'ai présidée, à réussi au delà des partis, à mobiliser l'opinion publique ....Ça coince un peu à notre table... Comment, l'affaire Outreau un "bonheur", et pourquoi pas l'affaire Dreyfus pendant qu'il y est?

Puis il poursuit très bien.
L' homme est élégant, éloquent quand il le faut.
Il salue la grande réforme qu'est la QPC et promet d'aller plus loin.
-Il faudra que le Conseil Constitutionnel devienne une vraie Cour Suprême, dit-il, et il faudra réfléchir à la désignation de ses membres, (non concernant les trois présidents qui désignent) , mais en organisant une ratification par le Parlement.

Ici la salle hésite. Le modérateur donne la parole à Michel Charasse qui la refuse. Alors André Vallini se lance dans le débat sur la garde à vue. Le voici avocat de l'avocat. Il est technique, humain, excellent. Il demande plus de droits, même s'il présente avec objectivité les résistances de la police. Puis, il aborde la cour de justice de la République, mise en place sous Mitterrand, pour la remettre en cause. Et vient le statut du parquet, pour en assurer le contrôle des nominations par le CSM, sans promettre une indépendance- qui effectivement serait institutionnellement absurde (à mes yeux). Enfin quelques autres grands sujets sont abordés comme les prisons sur une question de Patrice Spinosi, ou l'habeas corpus numérique via William Bourdon. Le futur Ministre exprimera, en aparté, qu'il est "pour" l'avocat en entreprise.

Notre table est séduite -or ce n'était pas gagné car l'assistance est surtout composée de managing partners de grands cabinets- au point que chacun sourit lorsqu' André Vallini parle de l'avenir... au présent de l'indicatif !


        


1.Posté par Jean Pierre Mignard le 15/02/2012 16:55
Mon cher Pierre Olivier

Merci pour ce beau commentaire.

Ce barreau soudain séduit par la gauche, je n'ose y voir une effet sondagier...

L'indépendance des parquets est absurde? Il est exact que les quémandeurs se presseraient en moins grand nombre sur les moquettes des ministres.

Tous les malheurs et toutes les trahisons éthiques de la justice sont venues de cette subordination. Je suis à la disposition de qui veut pour donner maints exemples de droite comme de gauche.

Castelain ne m'avait pas invité à cette réunion ce que je regrette mais il est vrai que je n'avais plus à être convaincu.

Bien amicalement à toi,

2.Posté par Caprouille le 16/02/2012 05:24
Je ne sais quoi dire en lisant cet article.

Pour Vallini, Outreau a été un vrai bonheur?
Je suis révoltée, scandalisée, écoeurée, révulsée, répugnée?
S'il existait une expression plus forte pour exprimer mon ressenti, je l'écrirais.

12 enfants ont été officiellement reconnus victimes, un peu plus grand nombre n'ont pas été justifiés. L'état dans lequel se trouvent actuellement ces enfants devraient nous plier en 2 de douleur, et Vallini conserve un bon souvenir de tout cela alors que cela a été une gabegie phénoménale?
Le procès du 26 janvier concernant les Lavier devrait nous interpeller...
http://blogs.mediapart.fr/blog/caprouille/270112/outreau-et-ses-consequences-tragiques-deni-recompense-des-coupables-requ
Salutations


3.Posté par Aristide le 16/02/2012 09:50
La commission parlementaire a été un procès à charge -ce qu'on reprochait au juge!- contre les professionnels dans un tribunal que les magistrats ont appelé révolutionnaires car les avocats n' avaient pas le droit de s' exprimer.
Le Président Valini et le Rapporteur Houillon inquisiteur partisan n'ont pas voulu entendre que ce n' était pas l"instruction qui a dysfonctionné mais les procès tels qu'ils se sont déroulés. Des enfants terrorisés n' ayant que 2 avocats- enfermés avec eux dans le box des accusés-face à 19 avocats installés dans la salle d' audience avec les accusés, spectateurs de leur procès, partageant les lieux avec les journalistes. Selon le procureur Maurel ( p 136 de "Outreau la vérité abusée",) ils formaient un vrai travail d' équipe, accusés, avocats et journalistes qui se concrétisait par des repas en ville.
Par ailleurs Vallini n' a pas résisté à la pression médiatique , les médias instrumentalisés par la défense ont pu de nouveau discréditer tous les professionnels en valorisant l' avis de l' expert de la défense qui a parlé des mensonges des enfants carencés (sans les avoir examinés, contre toute déontologie) et en ne rapportant pas la vérité judiciaire des enfants : 12 ont été reconnus victimes de viols, agressions sexuelles, corruption de mineurs et proxénétisme, conformément aux conclusions des experts qui les avaient longuement examinés avant et durant le procès. etc...

Vallini a permis qu'un magistrat soit publiquement lapidé en tant que bouc émissaire, Tous les magistrats de France et à leur tête à l' époque le président de la cour de Cassation, en ont été mortifiés. Ils en restent horriblement blessés...il est impensable pour eux qu'il puisse devenir Garde des Sceaux!

4.Posté par justiceencampagne le 24/02/2012 11:25
Si seulement l'on pouvait parler un peu des questions de justice au sein de la campagne autrement qu'entre avocats seuls...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


A lire aussi ...
< >

Vendredi 16 Août 2013 - 17:43 Jacques Vergès

Dimanche 17 Mars 2013 - 23:30 Olivier Metzner