Accueil du site ...

In memoriam: Gérard Drubigny, 28 décembre 1943 – 25 mars 2010

Publié par Catherine Paley-Vincent le Mardi 30 Mars 2010

In memoriam: Gérard Drubigny, 28 décembre 1943 – 25 mars 2010
Gérard Drubigny a été vaincu par la maladie. Un « seigneur » du Palais va nous manquer.

Gérard incarnait la classe, l’élégance, la délicatesse, l’humour. Lors de ses obsèques, à l’Eglise Saint-Roch, tous ses amis ont dit en des termes plus beaux les uns que les autres le père merveilleux qu’il était, l’ami cultivé et si sensible à l’art, enfin l’avocat passionné par son métier et dévoué à ses clients.

Nous l’avons connu à la Conférence du stage, raie au milieu et lunettes d’écaille, au Conseil de l’Ordre, puis ensuite dans toutes les manifestations importantes du Palais. Partout, il affichait cette aisance, cet intérêt pour les autres et, quand il était votre interlocuteur, on était sûr d’être écouté.

Beaucoup ont dit et diront quel homme d’exception était Gérard Drubigny.

Pour ma part, je voudrais rappeler deux souvenirs qui disent son immense gentillesse et son amitié.

- Nous sommes en 1968. Il est Secrétaire de la Conférence, et je « comparais » à la Berryer. Je viens de me faire descendre en flèche. Certains me comparent à la « Castafiore » et l’un des secrétaires me dit : « La prochaine fois j’apporterai mon bouclier car j’ai vraiment eu peur ! ».

Gérard prend alors la parole et avec une gentillesse incroyable cherche presque à me consoler et à me dire que je n’ai pas été si mauvaise que ça et que ce sont les autres secrétaires qui n’ont pas vraiment compris toutes les finesses de mon discours. Je m’en souviens encore.

- Il y a quelques années, j’étais ulcérée car l’un de mes clients, brillant professeur de médecine, ne m’avait pas réglé mes honoraires dans des conditions particulièrement déplaisantes. Je fais donc une procédure que je gagne devant le Bâtonnier. Il fait appel de la décision. Nous nous retrouvons devant la Cour et Gérard Drubigny m’indique plaider pour le Professeur … A tout prendre, je préférais que ce soit lui plutôt qu’un autre.

Gérard Drubigny a plaidé magnifiquement, défendant parfaitement son client, mais ce, avec une délicatesse incroyable : il n’a jamais prononcé mon nom, il n’a jamais dit la moindre chose désagréable à mon encontre et bien qu’assise sur le banc d’en face, je ne me suis absolument pas sentie agressée.

Dès la sortie de l’audience, je lui disais combien sa plaidoirie était un modèle de confraternité, d’élégance et de compétence. Je le lui ai écrit dans un petit mot auquel il m’a immédiatement répondu.
Six mois plus tard, il « m’avoue » la fin de l’histoire : « Moi non plus, je n’ai jamais été réglé de mes honoraires ! ».

Voilà le genre de relations que l’on pouvait entretenir au Palais avec cet avocat si touchant.

Tous n’ont pu venir à la célébration des funérailles de Gérard Drubigny où l’un de ses fils, Alexandre, a lu un texte que Gérard avait écrit. Je voudrais vous le livrer.

« VERT

La peur, la mine, le teint sont verts.
Verte est la superstition du comédien.
Verte la sauce, la grosse mouche et la vilaine cravate.
Verte la moutarde et verte la rage.
Verte la mante religieuse et il était vert l’uniforme maudit.
Mais elle était verte aussi la vallée où se trouve le pré,
Où poussent les herbes et les fleurs à tiges et à feuilles de même couleur.
Vert aussi le concombre et le poireau, la prune et la pomme, le pois et le haricot.
Verts les arbres et les bourgeons.
Verts la bouteille et le fauteuil dans le jardin de l’homme à tête de chou.
Ils sont verts ses yeux irisés et verte mon espérance.
»



        


1.Posté par Jérôme Drubigny le 01/04/2010 11:39 (depuis mobile)
Madame, merci pour votre touchant témoignage. Je suis enchanté de voir qu'il n'était pas le seul à allier finesse, courtoisie et élégance.

2.Posté par Claude CHARON le 03/07/2010 17:36
Je suis attéré. Je consulte par hasard Goggle et tombe sur cette nouvelle de Gérard qui m'anéantit..
J'avais 18 ans en 1968 quand, délinquant ,je suis incarcéré à Fresnes. De famille modeste, j'ai un avocat d'office: c'était Gérard. Il est venu me voir tous les dimanches pendant les 5 mois de ma détention. Au procès, pour ne pas toucher mes parents qui avaient des resposabilités dans mon itinéraire, il a fabulé un retard pour plaider hors de leur présence. Ensuite, en 1970, il fut mon témoin de mariage. En 2001, je l'invitais à mon départ volontaire de mon entreprise (l'INA), et l'ai cité devant 200 personnes comme la personne qui m'a le plus aidé dans ma vie. Merci Gérard pour ton devouement, ta compréhension et ton élégance envers les autres. Nous n'échangerons plus nos voeux comme rituel du maintien de nos liens.
On ne peut oublier un Homme comme toi.
.


A lire aussi ...
< >

Samedi 3 Novembre 2012 - 19:37 Mario Stasi

Mardi 16 Octobre 2012 - 16:12 In mémoriam ... Antoine Sollacaro