Accueil du site ...

Nigéria – Inde

Publié par Pierre-Olivier Sur le Vendredi 15 Janvier 2010

Je plaide devant la CDEAO.

Qui a connu, sur le tarmac des aéroports d’Afrique de l’Ouest, en embarquant dans un vol de nuit, la chaleur sèche, le temps arrêté, ou les odeurs grasses de l’alcool de palme… comprend la volonté d’y revenir…ou bien le syndrome du film « Le dernier roi d’Ecosse »…

Construire en Afrique. Non pas dans la nostalgie ringarde d’une Europe colonialiste ou chez les tontons flingueurs du groupe ELF au Gabon. Mais comme la Chine qui y investit en masse, comme Anne Lauvergeon qui pose son jet chaque semaine dans les pays miniers, comme les entreprises françaises qui se disputent les concessions des ports et du fret !

C’est l’espoir offert par un continent de plus d’un milliard d’habitants.

Evidemment la Guinée Conakry connaît de nombreuses difficultés. Mais la Sierra Leone, le Rwanda, et toutes les dictatures rendent des comptes aux juridictions internationales.

Salut aux confrères des barreaux africains qui sauvent ainsi leur continent : le très vieux Bâtonnier Pacere du Burkina Faso, le jeune et brillant Mamadou Konaté du Mali, les Robert Dossou du Bénin et Boukounta Diallo du Sénégal, le Bâtonnier Kaba en Guinée que j’ai vu plaider au péril de sa vie…

Bravo au Bâtonnier Mario Stasi et à l’Ordre des Avocats de Paris d’avoir su créer la Conférence Internationales de Barreaux (CIB) aux fins d’aider à la coopération France / Afrique !

L’avenir du monde passe aussi par l’Afrique.

Plus loin vers l’est : l’Inde et la Chine…

Nigéria – Inde
L’Inde. J’étais à New Delhi le 1er janvier.

J’ai retrouvé une photo prise il y a 15 ans devant le Parlement. Dans une misère obscène et une beauté troublante : un jardinier en turban rose conduisait une vache qui tirait une tondeuse à gazon…

Aujourd’hui les abords du plus grand Parlement du monde sont impeccables et la ville aussi. Indienne et british.

Et si les splendides locomotives à vapeur du train des Maharadjahs sont au musée depuis longtemps, c’est que la vraie « locomotive » est ailleurs : une population d’1,2 milliard d’habitants, et un taux de croissance annuel de 10% (même quand c’est la crise en occident).

Nous parlons tous l’anglais. Nous pratiquons tous le droit communautaire et européen, c’est-à-dire un système de plus en plus proche de la Common Law. Nous voulons tous sortir du goulot d’étranglement de la vieille Europe et du vieux nouveau monde des Etats-Unis.

Alors conquérir l’Inde et la Chine !

Prendre l’exemple de Richard Descoing qui a transformé Sciences-Po en l’ouvrant aux banlieues et à l’international.

A l’IEP de Paris les étudiants passent un an au bout du monde.

Ce que Richard Descoing fait pour Sciences-Po, le Bâtonnier doit le faire pour le Barreau.