Accueil du site ...

Sciences Po - Bilan du quinquennat sur la justice: "Oui, mais..."

Publié par Pierre-Olivier Sur le Vendredi 9 Mars 2012

Sciences Po - Bilan du quinquennat sur la justice: "Oui, mais..."
Quand Nima Haeri (AJSP de Sciences Po) nous a invité avec Philippe Bilger à débattre face à André Vallini (PS) et Jean-Paul Garraud (UMP), c'était comme si nous allions arbitrer un débat entre deux candidats à la chancellerie. Mais le duel télévisé Sarkozy/Fabius les a contraint à se décommander. Le député Sébastien Huygues, rapporteur devant l'Assemblée du projet de loi sur les jurés correctionnels, a finalement fait face à son collègue de la commission des lois Dominique Raimbourg.

Ce fut le bon plateau, ainsi que l'a prouvé l'amphithéâtre comble.

Alors Céline Garçon, a pu lancé le "Oui, mais..." comme une spécialité de la maison.

Oui aux réformes qui resteront dans l'Histoire de la cinquième République :
- la question prioritaire de constitutionnalité (QPC),
- la nouvelle composition du Conseil supérieur de la magistrature(CSM),
- la garde à vue avec présence de l'avocat (même si ce fut une réforme contrainte),
- l'augmentation de 20% du budget de la Justice.

Mais, non au "populisme pénal" (selon l'expression du Professeur Denis Salas) :
- le nouveau droit pénal des mineurs par éffet de calque sur le droit commun,
- la rétention de sureté qui condamne non pas un acte mais une dangerosité,
- les peines planchers qui sont les "tiges-guides" d'une plus forte répression,
- l'apparition des jurés pour les délits quand on en réduit le nombre pour les crimes.

Sébastien Huygues plaide seul contre tous le "Oui,Oui". Il le fait avec le sourire et avec une parfaite connaissance des statistiques et des dossiers techniques. Il parvient même à marquer des points contre son collègue PS qui, dénonçant une politique pénale faite de coups de mentons médiatiques en échos au 20 heures, finit par concéder que la criminalité réelle n'a pas augmenté pendant le quinquennat.

Pour nous l'avenir pénal doit se concentrer sur la problématique de la prison et sur les statistiques qui ne mettent pas à l'honneur l'état de notre démocratie :

- 66500 prisonniers pour 57200 places,
- 33% de détention provisoire concernant des présumés innocents,
- 20% de malades mentaux et 33% d'illettrés dont le sens du procès leur échappe,
- un taux stable depuis deux siècles de 50% de retour en prison.

Qu'en disent nos candidats à l'élection présidentielle?


        


1.Posté par justiceencampagne le 13/03/2012 18:02

Justice en campagne y était ! Merci pour cette soirée enrichissante. Pour un autre compte-rendu :

http://www.justice-en-campagne.fr/colloque-a-sciences-po-le-bilan-de-la-politique-penale-du-quinquennat/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


A lire aussi ...
< >

Vendredi 16 Août 2013 - 17:43 Jacques Vergès

Dimanche 17 Mars 2013 - 23:30 Olivier Metzner